Vers 1000 V.I.E. pour les entreprises

La Région veut aider les entreprises régionales qui embauchent un jeune diplômé V.I.E. (Volontaire International en Entreprise) pour se développer à l’international. Le budget passera de 1,2 à 1,8 million d’euros par an.

Le Forum de recrutement V.I.E. Auvergne Rhône-Alpes, organisé par Business France et le Centre d’Information sur le Volontariat International (CIVI), vient de se tenir pour la première fois à Lyon. Il a été l’occasion pour la Région d’annoncer le nouveau dispositif d’accompagnement à l’internationalisation des entreprises. Dans ce cadre, elle a en effet décidé d’apporter une aide directe aux PME qui embaucheront pour la première fois un V.I.E. (Volontaire international en entreprise).

Nouveau cap

Le recrutement de ce jeune diplômé en poste à l’étranger sera financé par la Région à hauteur de 50 % la première année, puis 25% la seconde. «Cela représente un investissement de 1,2 million d’euros la première année et de 1,8 million les années suivantes », a expliqué Philippe MEUNIER, vice-président délégué aux partenariats internationaux.

Au niveau national, la Région Auvergne-Rhône-Alpes se situe au second rang après l’Ile-de-France, avec 772 V.I.E. en poste fin 2016  (en progression de 24%). L’objectif est de porter ce nombre à 872, en 2017, puis d’atteindre 1 000 V.I.E par an.La Région espère ainsi tripler le nombre d’entreprises qui embauchent pour la première fois un V.I.E et atteindre 150 nouvelles entreprises par an. Selon Laurent Wauquiez, président de la Région AURA, ce soutien est « vital » pour les PME qui souhaitent se développer à l’international. Pour l’heure, la Région est déjà leader en nombre de V.I.E. embauchés par des PME.

Avantages pour tous

Le Volontariat international en entreprises permet aux jeunes d’acquérir une première expérience professionnelle à l’étranger. Pour l’entreprise, il présente, pour un coût attractif, une alternative à l’expatriation. Le statut public du V.I.E. exonère en effet l’employeur de toutes charges sociales en France.

Pour sa part, la Région entend donner la priorité aux régions économiques en correspondance avec ses zones de coopération : l’Europe avec  l’Allemagne et l’Italie, des pays ou régions francophones (Maroc, Québec, Côte d’Ivoire). Le dispositif sera également encouragé vers des pays comme les Etats-Unis, le Canada, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, la Russie.

« Le soutien et le service des entreprises sont des priorités de la Région. L’objectif est clairement de disposer d’une chaîne d’accompagnements complets dédiés au développement commercial à l’international des entreprises», a complété Philippe Meunier.

Pour rappel, le Conseil Régional Auvergne Rhône-Alpes soutient plus de 1500 entreprises par an pour le développement de leurs activités à l’international. Divers dispositifs sont en place (Go Export, Plan de Développement à l’international, IDeclic Stratégie International…).

Il entend prochainement compléter les offres existantes par une aide à l’implantation sur les marchés étrangers, avec une action ciblée sur ses zones prioritaires de coopération. Ce dispositif sera défini par l’agence économique régionale, lors de sa création attendue prochainement.

Philippe Meunier présente le dispositif VIE. Crédit photo : Michel Perez – Région Auvergne Rhône Alpes

 

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*