Tunnel du Mont Blanc : 10 M€ de travaux nocturnes au printemps

@Wikimedia
Tunnel du Mont Blanc : 10 M€ de travaux nocturnes au printemps
3.5 (70%) 2 votes

La réfection d’une partie de la dalle de roulement du tunnel du Mont Blanc, reliant la France à l’Italie, se déroulera la nuit afin de limiter l’impact des travaux sur la circulation. Ce chantier de 10 millions d’euros met en œuvre une méthodologie innovante.

Inauguré en 1965, le tunnel du Mont Blanc est constamment surveillé afin de détecter les opérations nécessaires à son bon fonctionnement et sa pérennité. Ce suivi a permis d’identifier une portion de 555 mètres, soit un peu plus de 4% de la longueur totale de l’ouvrage (11,6 km), située entre le 6e et le 7e kilomètre, à rénover. «Il faut imaginer le défi que représente le remplacement de ce demi-kilomètre de chaussée tout en permettant aux conducteurs de continuer de rouler », souligne Gilles Rakoczy, directeur général du GEIE – TMB, chargé de l’exploitation du tunnel.

385 heures de fermeture du tunnel

Pour limiter l’impact du chantier sur le trafic routier entre la France et l’Italie, les travaux se dérouleront  entre mars et juin 2018, entre la fin de la saison hivernale et le début de l’été. Ils auront principalement lieu le soir avec 27 nuits d’interruption de la circulation prévues ainsi que 5 dimanches matin et deux créneaux prolongés de 30 heures chacun en début et fin de chantier. Au total, le tunnel sera fermé à la circulation durant 385 heures. Des outils (QR code, application TMB Mobility, panneaux d’affichage) et le site internet du tunnel permettront aux usagers de connaître les plages de fermeture pour s’organiser en conséquence.

Le tunnel est exploité par un groupement européen d’intérêt économique (GEIE) franco-italien piloté paritairement par ATMB et SITMB. Crédit : Eco Savoie Mont Blanc / E.R. / Archives.

Une méthodologie innovante

Cette contrainte de maintien de la circulation implique un déroulé très précis des travaux qui s’effectueront, en simultané, de chaque côté du tunnel.  Chaque nuit de fermeture, deux équipes interviendront dans chaque sens de circulation pour poser 20 mètres de dalle de roulement (10 de chaque côté). Il s’agira concrètement de retirer l’existant (sciage des appuis, déconstruction et évacuation des dalles) afin de poser de nouvelles dalles (préparation des appuis, pose et réglage de la dalle, pose des trottoirs).

Un investissement de 10 millions d’euros

Ce chantier de 10 millions d’euros est financé, par égale, par ATMB et SITMB, les deux sociétés concessionnaires du tunnel du Mont Blanc. Attribué au groupement conduit par Spie Batignolles TPCI avec Gogeis et Setec, il représentera au total 20 000 heures de travail/homme et mobilisera 80 personnes (40 de chaque côté) durant la phase principale. Les éléments de dalle (8,62 mètres de long pour 2,63 mètres de large) sont préfabriqués à Issogne dans la vallée d’Aoste par une filiale de Cogeis.

Le tunnel du Mont Blanc a été inauguré en 1965 (archives Ina) :

Depuis 2000, le tunnel est géré par le GEIE-TMB, un groupement européen d’intérêt économique créé par ATMB et SITMB pour garantir une unité d’exploitation.  En 2017, il a enregistré un trafic de 5 452 véhicules/jour dont 1703 poids lourds.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

ARTICLES LES + LUS :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*