TSL Outdoor marche en tête

TSL Outdoor marche en tête
Notez cet article !

Le leader mondial de la raquette à neige, basé à Annecy en Haute-Savoie, conçoit et fabrique aussi des bâtons de marche, de randonnée et de trail “100 % made in France“ reconnus pour leurs caractéristiques innovantes.

ÉQUIPEMENT. Si TSL Outdoor est réputé pour ses raquettes à neige  – marché sur lequel il est leader mondial avec 130 à 170 000 paires vendues par an -, le fabricant haut-savoyard l’est aussi pour ses bâtons. Après s’être diversifié en 2006 dans la marche nordique, en s’attaquant à un marché encore émergent en France, le spécialiste a depuis étendu son offre à de nombreuses pratiques, développant dans le même temps ses gammes, toujours plus pointues.

Crédit photo : Yann Ros

Bâtons : de la marche nordique… au trail

Sur ce marché de la marche nordique, où TSL a été précurseur, la marque se vend à 15 000 unités chaque année sur un marché national estimé à 70 000 paires de bâtons. Au total, huit modèles que TSL Outdoor conçoit, désigne, injecte, assemble dans ses locaux situés à Alex et au parc des Glaisins à Annecy-le-Vieux. Tout comme les bâtons de randonnée, et plus récemment de trail (lancé l’été dernier), distribués respectivement à 12 000 et 3 000 paires. Des bâtons en carbone ou en aluminium à un, deux ou trois brins avec poignées courtes ou longues, selon les pratiques. Là encore, les gammes ne cessent de s’étoffer avec pas moins de 19 modèles pour la randonnée, 8 pour la marche nordique et 3 pour le trail.

Parmi les produits phare de la marque, le Move est destiné exclusivement à la randonnée, et aux dévers. Ce bâton 100 % carbone (version 2 ou 3 brins) dispose d’une poignée ergonomique à deux niveaux pour une prise en main plus sûre et efficace, d’un système de réglage rapide pour ajuster la hauteur du bâton en fonction de la pente, et d’un leash amovible pour éviter de le perdre dans les descentes.

Ceux réservés à la pratique du trail, fabriqués en carbone, existe en un ou deux brins. Le plus plébiscité, le TSL Carbon Cork a été primé par le magazine Nature Trail, qui lors de ses tests lui a attribué la note quasi maximale de 9/10. Ce bâton carbone monobrin Ses atouts : son poids ultra light (155 g x 2), sa poignée bi-matière en liège, son gantelet amovible Magnetic System qui se clipse et se déclipse aisément (une innovation, lire ci-après) et son grip de portage qui en font un des meilleurs bâtons du marché, aux côtés d’autres poids lourds du secteur comme Raid Light, Guidetti, Dynafit ou encore Black Diamond.

Fort de son expérience, le spécialiste de bâtons prévoit, dans un futur proche, d’investir d’autres segments de marché comme le ski alpin et le ski nordique.

Des innovations majeures

Et le fabricant ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Pour preuve, ses dernières innovations qui ont toutes fait l’objet de brevets déposés à l’Inpi.

« Nous en avons déposé une soixantaine dans le monde et remporté plusieurs awards », rappelle dans un large sourire Jean-Marie Lathuille, le directeur marketing de la marque.

À commencer par le Magnetic System. Tous les bâtons de la marque en sont équipés. Grâce à ce système, la dragonne vient se “connecter » magnétiquement à la poignée. « Sécurisé et verrouillé,  il n’y a aucun risque de détachement intempestif pendant la marche », souligne le responsable. Et pour se libérer du bâton, une simple pression sur le bouton placé sur la partie supérieure de la poignée suffit. Un système similaire sans aimant – baptisé Click System – a été développé par TSL permettant une rotation à 360° pour donner une plus grande liberté de mouvement.

Autre innovation remarquée, plus récente, le Crossover pad. Cet embout doté de huit crampons en caoutchouc remplace la traditionnelle pointe en acier et vient se loger à l’extrémité du bâton. Les crampons se déforment au contact du sol pour adhérer au terrain, permettant une accroche et un appui optimales sur tous les terrains. Autres avantages non négligeables, il n’y a plus d’embouts à changer, de bruit lorsque le bâton entre en contact avec le sol ou le rocher et de risque de blessure dans le maniement du bâton.

Crédit photo : Marc Muller. Il a aussi réalisé la photo qui figure à la Une de cet article.

Des raquettes à neige“ hyperflex“

Au-delà des raquettes à neige plus “traditionnelles“ (gammes 3D Design et Classic), le leader mondial a devancé le marché il y a maintenant quatre hivers en créant le concept hyperflex, avec un produit emblématique : la Symbioz. « Cette raquette, de par son hyperflexibilité, sa légèreté et ses fixations ergonomiques, épouse tous les terrains et offre un déroulé de pied naturel et très fluide », explique le directeur marketing. Les huit crampons bidirectionnels en acier situés sous les points d’appui du pied maximise l’accroche en montée comme en descente et la tenue latérale en dévers. Ce modèle (trois versions), qui s’est vendu à 30 000 paires en 2016, a été distingué par plusieurs prix (Inosport, Observateur du design de l’APCI, Blackpacker…).

La raquette Symbioz est déclinée en trois modèles. Son concept hyperflex offre un déroulé de pied naturel. Crédit photo : TSL Outdoor

« TSL est actuellement le seul fabricant sur le marché à proposer une mémorisation complète de la forme de la chaussure. Une fois les pré-réglages de la pointure, du volume avant et du talon effectués, on chausse naturellement en quelques secondes », précise Jean-Marie Lathuille.

Outre les raquettes et les bâtons qui représentent l’essentiel de son activité, TSL Outdoor produit également textiles, sacs à dos, accessoires (guêtres, sacs d’hydratation,  bouteilles isothermes…) mais aussi des yooners. Plus concrètement, des engins de glisse dotés d’une assise fixée sur un ski en inox pour dévaler les pistes. En 2016, il s’en est vendu 1 500 unités. De quoi fournir les 80 stations qui le proposent en activité. Excepté le ski fabriqué par Élan en Slovénie, les autres composants du Yooner sont produits en France. Le dirigeant de TSL Outdoor, Philippe Gallais , ambitionne de l’exporter sur les marchés nord américain, suisse et italien.

Le Yooner Enduro. TSL a vendu 1 500 Yooners cet hiver.

Enfin, TSL Rescue – autre filiale de TSL Outdoor – conçoit et fabrique des brancards dédiés aux secours en montagne, dont des Franco Garda, brancards polyvalents multi-activités adaptés aux interventions héliportées que le fabricant a développé avec le PGHM de Chamonix. L’offre comprend aussi du matériel et des sacs avalanche.

Brancard Franco Garda développé avec le PGHM de Chamonix.

RAPPEL : En 2016, TSL Outdoor réalise un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros. Les ventes proviennent à 75 % des raquettes, 15 % de la glisse (yooners, liges et accessoires) et à 10 % des bâtons. La part à l’export pèse 50 % et concerne l’Europe limitrophe (Italie, Suisse, Allemagne, Autriche), l’Amérique du Nord, le Japon et les Pays Scandinaves (40 % des ventes de raquettes).

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

AGENCE ECO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*