Tourisme : les six objectifs ambitieux du gouvernement

Tourisme : les six objectifs ambitieux du gouvernement
Notez cet article !

Le gouvernement par la voix de son Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé le 26 juillet sa nouvelle feuille de route pour le tourisme. Avec à la clé un grand plan d’investissement… pour – et c’est le but affiché – doper l’attractivité des stations et de la France, et aussi conforter la croissance retrouvée du secteur.

Au terme de ce 1er Conseil interministériel du tourisme, le gouvernement a voulu montrer que le tourisme est l’affaire de tous… et de l’ensemble des ministres qui le composent. Le Premier ministre Édouard Philippe est apparu, mercredi, avec presque la moitié du gouvernement accompagné d’une quinzaine de professionnels du secteur et d’élus.

« Tout d’abord, parce que nous avons la conviction que le tourisme est un trésor national, un potentiel exceptionnel », a déclaré Édouard Philippe, en préambule de son allocution.

Chiffres à l’appui. Et ils sont éloquents. Le tourisme, c’est 8 % du PIB de la France mais aussi 2 millions d’emplois directs et indirects, selon les statistiques officielles. Plus emblématique encore, la France est toujours la première destination touristique au monde, avec 89 millions de visiteurs enregistrés fin 2017. Soit 5 millions de plus qu’un an plus tôt. L’objectif que s’est fixé le gouvernement ? Atteindre les 100 millions de touristes internationaux à l’horizon 2020… soit à terme 50 milliards de recettes (10 milliards en plus), en prolongeant leur durée moyenne de séjour sur le territoire. Un défi quand on sait que si les touristes viennent nombreux dans l’Hexagone, en revanche ils dépensent moins qu’ailleurs.

Forces et faiblesses

Mais si la France caracole en tête, cela ne doit pas masquer ses faiblesses, qu’il convient de pallier à grand renfort de mesures. Avec en filigrane, un tourisme exponentiel aux quatre coins du monde.  « Le monde entier se met au tourisme », a rappelé le Premier ministre, à juste titre. Si aujourd’hui, un milliard de touristes sillonne la planète, demain, en 2030, ce chiffre aura doublé.

Pour atteindre ses objectifs, le gouvernement emploie les grands moyens et a pris à l’issue de ce Conseil un certain nombre de décisions. Première étape si on peut la considérer en tant que telle : la création de ce Conseil ministériel (premier du genre) composé, bien sûr, de membres du gouvernement mais aussi de professionnels du tourisme (Atout France, Umih, Caisse des dépôts et consignations…) pour leurs compétences et leur expérience du secteur.

Trois premières grandes mesures 

  • Délivrance en 48 h des visas pour dix nouveaux pays. Huit pays d’ici le 1er novembre 2017 (la Russie, l’Inde, l’Indonésie, la Thaïlande, le Cambodge, les Philippines, le Laos, la Birmanie) et les deux autres au 30 juin 2018 (l’Arabie Saoudite et le Vietnam).
  • Amélioration des files d’attente des postes frontière dans les aéroports parisiens, à compter du 1er janvier prochain. Un délai maximal de 30 mn a été fixé pour les citoyens européens et de 45 mn pour les autres ressortissants.
  • Développement des stations balnéaires et de montagne, véritable enjeu de l’attractivité du territoire, via un grand Plan d’investissement. L’objectif est de lutter contre la dévitalisation des stations touristiques liée à l’insuffisance ou à la vétusté de l’offre de services et du patrimoine de logements d’accueil. Un dispositif sera mis en place pour permettre aux copropriétaires de rénover leurs résidences pour favoriser la montée en gamme de l’offre de logements.

Cette première vague de mesures sera suivi d’autres, comme la qualité de l’accueil et la sécurisation des sites… points souvent décriés par les touristes étrangers, mais aussi la formation et l’emploi via une augmentation du nombre de contrats d’apprentissage , la numérisation et le partage d’informations avec la création d’une plateforme DATAtourisme… et l’accès aux vacances au plus grand nombre

Le gouvernement s’est fixé un délai de deux ans, avec un conseil interministériel tous les six mois. Le prochain se tiendra le 19 janvier prochain. D’ici là, Jean-Yves Le Driant, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, aura la charge d’organiser des comités de pilotage, sujet par sujet, « pour faire sauter les verrous qui nous limitent et trouver des solutions qui nous permettront d’avancer », a annoncé le Premier ministre.

Suite à l’annonce de Jean-Yves Le Driant, son Secrétaire d’état Jean-Baptiste Lemoyne s’est rendu, le vendredi 28 juillet, à Chambéry et Chamonix pour rencontrer les professionnels du tourisme et les élus locaux, et leur présenter la nouvelle feuille de route du gouvernement. On le voit ici à Chamonix en compagnie d’Éric Fournier, maire de la ville.  ©Karine Payot-Mairie de Chamonix Mont-Blanc.

Les professionnels sont « rassurés »

De quoi satisfaire et rassurer bon nombre d’organisations professionnelles qui s’inquiétaient de ne pas voir le tourisme considéré à sa juste valeur au sein du nouveau gouvernement. Pour sa part, Charles-Ange Ginésy, président de l’ANMSM, Association nationale des maires des stations de montagne, s’est dit satisfait :

« Les maires des stations de montagne ont soumis au Président et au Premier ministre huit propositions pour un Plan Montagne. Je me réjouis de cette première réponse et de la voie que semble vouloir emprunter le Gouvernement. Les dispositifs envisagés doivent toutefois être complétés, précisés et mis en œuvre dans le cadre d’une réelle concertation. Les travaux du gouvernement ne sauraient être menés sans l’expertise des maires des stations de montagne, intéressés au premier chef ».

L’ANMSM, qui a saisi le Premier ministre afin d’être associée aux travaux, souhaite également que « le plan gouvernemental traite, au-delà de la seule problématique de la rénovation de l’immobilier de loisirs, l’ensemble des enjeux auxquels sont confrontés les maires des stations de montagne ». D’autant que, comme le souligne l’association, » les stations de montagne contribuent largement au dynamisme économique de la France » puisqu’elles représentent 120 000 emplois et génèrent à elles seules 9 millions d’euros de chiffre d’affaires avec plus de 10 millions de visiteurs accueillis, dont deux millions d’étrangers.

Crédit photo : Pexels

 

Les grandes dates de la feuille de route du gouvernement

  • 26 Juillet 2017 – Conseil interministériel du tourisme (présidé par le Premier ministre) : Présentation de la feuille de route du gouvernement et de premières mesures concrètes.
  • 10 octobre 2017 – Conseil de pilotage du tourisme : Accueil, connectivité, financement de la promotion et sécurisation des sites (qualité de services dans les grandes infrastructures de type gares et aéroports, qualité et fiabilité des infrastructures de transport, délivrances des visas, sécurisation des sites, promotion de la France à l’étranger, contrats de destination).
  • Décembre 2017 – Conférence annuelle du tourisme : Mise en oeuvre de la feuille de route gouvernementale en présence de 200 professionnels.
  • 19 Janvier 2018 – Conseil interministériel du tourisme : Investissements et simplification (plan de rénovation massive des stations touristiques balnéaires et de montagne, recherche d’un lien avec le grand plan d’investissement de 50 milliards, déploiement du fonds consolidé « France développement tourisme »).
  • Avril 2018 – Conseil de pilotage du tourisme : Promotion internationale et gouvernance territoriale (interaction avec les régions pour la promotion internationale).
  • Juillet 2018 – Conseil interministériel du tourisme : Compétitivité et développement numérique de l’industrie du tourisme (entrepreneuriat, open data, régulation des acteurs, présence numérique de l’offre française – marque France, France.fr –).
  • Novembre 2018 – Conseil de pilotage du Tourisme : Structuration de l’offre (renouvellement des divers plans : tourisme de nuit, tourisme culturel, slow-tourisme, tourisme de shopping, tourisme d’affaire, oenotourisme, tourisme de savoir-faire, montagne en été, tourisme des clientèles seniors, tourisme de croisières, accueil de patientèle étrangère, tourisme et handicap).
  • Décembre 2018 – Conférence annuelle du tourisme : Évaluation de la mise en oeuvre de la feuille de route gouvernementale en présence de 200 professionnels.
  • Janvier 2019 – Conseil interministériel du tourisme : Formation, emploi et tourisme social (ouverture plus large des contrats d’apprentissage en concertation avec les professionnels du secteur, conditions de travail des saisonniers, augmentation du nombre d’apprentis, chèques vacances etc).
  • Avril 2019 – Conseil de pilotage du tourisme : innovation et nouvel examen du chapitre sécurisation des sites.
  • Juillet 2019 – Conseil interministériel du tourisme : Nouvel examen des chapitres Qualité de l’accueil (qualité de services dans les grandes infrastructures de type gares et aéroports, qualité et fiabilité des infrastructures de transport, délivrances des visas) et promotion internationale et gouvernance territoriale (interaction avec les régions pour la promotion internationale).

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

AGENCE ECO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*