Le sport, c’est bon pour la santé

Photo: Vianney THIBAUT
Le sport, c’est bon pour la santé
Notez cet article !

Le dernier baromètre sport-santé FFEPGV 2017 dévoile ses résultats. Premier enseignement révélateur d’un mode de vie : la pratique sportive est définitivement associée à une bonne santé. Et c’est encore plus vrai en Auvergne-Rhône-Alpes.

La pratique sportive est définitivement associée à une bonne santé !… c’est ce que pensent désormais 51 % des habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes, selon le 6e baromètre Sport-Santé de la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV) réalisé conjointement avec Ipsos (*). Preuve (s’il en fallait) que l’un ne va pas, ou plus, sans l’autre. Reste que si la pratique d’un sport est globalement en augmentation, elle demeure très inégale en fonction de certains critères socio-démographiques.

À chaque région, ses motivations

À l’échelle d’Auvergne-Rhône-Alpes, force est de constater que certaines pratiques diffèrent de la pratique nationale. En tête des critères associés au sport, figurent le bien-être pour 57 % des interviewés, la santé (51 %) et la forme (50 %).

Toutefois si en 2016, être en bonne santé faisait partie des principales motivations incitant à faire du sport (39 %), il semblerait que cette année les Français éprouvent davantage le besoin d’évacuer les tensions et de se défouler. Ils sont désormais 39 %. Pour la majorité d’entre eux, garder la forme est la priorité première (58 %) devant le désir de se sentir bien (50 %), et d’être en bonne santé (37 %)… alors que pour les habitants d’Aura, se sentir bien est plus important pour 53 % des pratiquants, suivent ensuite le besoin de garder la forme (50 %), d’être en bonne santé (46 %) et de se défouler (40 %). À chacun ses motivations…

Autre constat flagrant : plus les hommes vieillissent, plus le besoin de pratiquer un sport s’intensifie au fil des années. Dans le détail, les 15-24 ans et les 60 ans et + (ils sont 47 %) sont les tranches d’âge où l’on observe la plus forte évolution, avec + 26 points.

Promenade à vélo sur la voie verte du lac du Bourget. Photo: Agence Zoom – Vianney THIBAUT

Les hommes plus sportifs que les femmes

Bien que la pratique sportive fasse partie intégrante des habitudes de vie – 64 % des Français pratiquent une activité en 2017, contre 54 % en 2012 -, de fortes inégalités se font jour quant à la mise en oeuvre. Certains facteurs comme le sexe et la géolocalisation influent de manière significative sur la fréquence. Au vu des statistiques, les femmes accordent moins de temps au sport. Soit en moyenne 2h54 par semaine, contre 4h pour les hommes. La faute au manque de temps entre vie professionnelle, vie personnelle et vie familiale.

Autre facteur mis en avant, le milieu rural. Ils ne sont que 60 % à pratiquer au moins une heure de sport par semaine, contre 70 % à Paris. Un écart qui s’explique en partie par une accessibilité au sport peut-être plus limitée, indique l’enquête. Dans ce sens, et pour développer la pratique, la FFEPGV a signé une convention de partenariat avec Familles Rurales.

Pour Françoise Sauvageon, présidente de la FFEPGV, « le baromètre sport-santé est l’occasion chaque année de se poser à nouveau les bonnes questions quant à l’accessibilité à une activité sportive et physique pour le plus grand nombre ».

Et la responsable de faire remarquer que « l’enquête 2017 intègre des éclairages régionaux (12 au total), avec comme objectif de mieux comprendre les motivations et freins locaux pour in fine proposer des activités adaptées aux besoins et modes de vie des habitants de ces régions ».

Pour plus d’informations : http://www.ffepgv.fr

 

(*) cette enquête menée par Ipsos sur internet a été réalisée du 12 au 16 décembre 2016 auprès d’un échantillon de 1 802 personnes, représentatives de la population française, âgée de 15 ans et plus.

Stand up paddle sur le lac d’Annecy ©SavoieMontBlanc-Lebeau

Pour rappel, la FFEPVG est la 1ere fédération de loisirs sportifs avec plus de 500 000 licenciés à travers plus de 6 000 clubs. Créée en 1971, elle est reconnue d’utilité publique et a pour vocation d’organiser des activités physiques et sportives orientées vers les loisirs et le bien-être.

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

AGENCE ECO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*