Six exemples étonnants d’habitat collectif à Annecy, en photos

Six exemples étonnants d’habitat collectif à Annecy, en photos
4 (80%) 2 votes

Ces six opérations ont marqué l’urbanisme sur le bassin annécien. Elles figurent parmi la trentaine de programmes évoqués par l’exposition des archives municipales d’Annecy, consacrée au logement collectif en Haute-Savoie, depuis la fin du 18e siècle jusqu’à nos jours.

Le 12 avenue des Trésums

@Archives municipales d’Annecy et Dominique Lafon

Dessiné par l’architecte Robert Cottard, le programme des Trésums est réalisé en 1951 sur l’ancienne propriété  Balleydier à l’initiative de Jean Balleydier. Formé de trois immeubles contigus de 11 étages, il devait à l’origine en comprendre deux de plus mais les critiques des défenseurs du paysage sont freiné les ambitions de ses promoteurs.

Le 15 rue de la Préfecture

@Archives municipales d’Annecy et Dominique Lafon

Construite en 1950 par l’architecte Paul Jacquet, la Résidence  se compose de trois immeubles en L. D’inspiration Art déco, elle était située, lors de sa construction, à la périphérie de la ville. Dotés de larges balcons et terrasses ouverts sur le lac, ses 70 logements se répartissent sur 9 étages, avec au pied, des commerces.

Le 18 rue de la gare

@archives municipales d’Annecy et Dominique Lafon

Dessiné par l’architecte Louis Sprüngli, cet immeuble de style Paquebot est constitué de plusieurs corps de bâtiment  L’angle est traité par un arrondi des balcons encadré de deux travées de hublots. Les façades sur cour sont nettement plus sobres. Plusieurs programmes de ce type ont été dupliqués à Annecy rue Louis Revon, rue de la Paix, rue de Narvik avec parfois des différences de standing.

Le 58 avenue de la plaine

@Archives municipales d’Annecy et Dominique Lafon

Construit en 1949, cet immeuble est baptisé « les castors » en référence au mouvement d’auto-construction né dans la France d’après-guerre. Les six copropriétaires – parmi eux cinq professeurs du lycée technique Germain-Sommeiller  – se chargent eux-mêmes des travaux.  Ils optent pour des matériaux de qualité mais une architecture sobre et simple.

Le 20 rue de la Pérollière

@Archives municipales d’Annecy et Dominique Lafon

Lancée en 1983 à Cran-Gevrier, l’opération imaginée par l’architecte Richard Plottier articule différents immeubles aux façades et gabarits fragmentés, reliés entre eux par des cheminements aux lignes courbes. Chacun des 102 logements sociaux dispose de sa propre entrée individuelle, donnant le plus souvent sur l’extérieur.

Le 19 rue François Vernex

@Archives municipales d’Annecy et Dominique Lafon

L’ensemble des terrasses fleuries est construit en 1975 à Meythet par l’agence Andrault et Parat. Il compte trois bâtiments de faible hauteur représentant une cinquantaine de logements pourvus soit d’une terrasse, soit d’un jardin privatif.  Ces maisons « gradins-jardins » donnent une impression d’habitat individuel avec des extérieurs réservés aux piétons et espaces verts.

*Réalisée en partenariat avec les archives départementales de la Haute-Savoie, l’exposition intitulée « Confort à tous les étages » est présentée aux archives municipales d’Annecy, 3 rue du 27e BCA. Jusqu’au 28 décembre 2018, du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 13 h à 17 h. Entrée gratuite

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

ARTICLES LES + LUS :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.