A Chambéry Technolac, des vélos à hydrogène rechargés par une route solaire

A Chambéry Technolac, des vélos à hydrogène rechargés par une route solaire
4.8 (95%) 4 votes

Grand Chambéry expérimente une flotte de 15 vélos à hydrogène et une borne de recharge alimentée par route solaire dans le cadre du plan Zéro Emission Valley.

Hydrogène. Depuis fin 2017, une quinzaine de vélos à hydrogène est à la disposition des salariés sur le territoire de Chambéry Grand Lac Economie. Conduite pour une période de trois ans, l’expérimentation baptisée Cargho concerne principalement les trajets domicile-travail et les déplacements professionnels. Elle devrait progressivement toucher une centaine d’usagers réguliers chargés de tester le matériel, en conditions réelles d’utilisation.

Autonomie. Les vélos, totalement silencieux, offrent une autonomie de 100 km. Ils se rechargent en moins de 2 minutes contre 2 à 3 heures pour un vélo à assistance électrique classique. En plus d’être ultra rapide, cette recharge mobilise une source d’énergie renouvelable. Les deux bornes de rechargement sont installées et contrôlées par la start-up savoyarde Atawey, lauréate avec la société Pragma, d’une consultation européenne.

Energie renouvelable. Pour tester le mode de fonctionnement le plus intéressant au niveau économique et technique, les bornes de rechargement installées utilisent deux technologies différentes : des bouteilles d’hydrogène pour celle de Chambéry ; le solaire pour celle de Savoie Technolac. Cette dernière est alimentée en énergie photovoltaïque grâce à 80 m² de route solaire créés à Savoie Technolac.

Route solaire. La route solaire Wattway a été brevetée en 2015 après 5 années de recherche menées par Colas, leader mondial de la route, et de l’Institut national de l’énergie solaire (Ines), basé à Savoie Technolac. En associant les techniques de la construction routière avec celles de la production photovoltaïque, elle fournit une énergie propre et renouvelable. Le monitoring de la production d’électricité de la route solaire est assuré par l’Ines tandis que l’agence chambérienne Ecomobilité se charge de la maintenance des vélos.

 

La route solaire Wattway telle que la présente l’entreprise Colas :

 

Zero Emission Valley. Cargho est l’un des volets du plan régional Zero Emission Valley (ZEV), vainqueur de l’appel à projet européen Blending call 2017. Dédié au développement de la filière hydrogène, le projet mobilisera, dans sa globalité, 70 millions d’euros sur 10 ans dont 10,1 millions d’euros de fonds européens. La Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui veut mettre sur pied « une filière hydrogène d’excellence », prévoit d’investir 15 millions d’euros, sous forme de subventions et/ou de prises de participation.

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

ARTICLES LES + LUS :

1 Commentaire

  1. RETOUR D’EXPERIENCE. Un an après l’installation du premier kilomètre de chaussée photovoltaïque à Tourouvre (Orne), le tronçon routier Wattway livre ses premiers enseignements. Il produit bien de l’électricité, s’avère robuste mais présente un léger inconvénient : le roulement des véhicules fait trop de bruit. Au point qu’il a fallu réduire la limite de vitesse sur l’axe. Explications.
    Inauguré voilà un an par Ségolène Royal, l’initiatrice du développement des routes solaires en France, le premier tronçon Wattway fonctionne bel et bien. Les 2.800 m² de panneaux solaires durcis, collés sur le bitume d’une départementale de l’Orne, ont produit de l’électricité : 149,4 MWh exactement. Un chiffre qui n’est toutefois pas à la hauteur des espérances de Colas (filiale de Bouygues) et du CEA Tech, co-inventeurs de la technologie, puisque cette production n’atteint que 53 % de l’objectif fixé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.