Publi-reportage / Immobilier : quel hébergement pour mon entreprise ?

Publi-reportage / Immobilier : quel hébergement pour mon entreprise ?
4.5 (90%) 8 votes

Une solution d’hébergement à chaque étape de la vie de votre société ou de votre structure professionnelle ? Selon la maturité de votre entreprise, de l’évolution envisagée et des moyens que vous souhaitez accorder, différentes solutions d’hébergement existent. Faisons le tour des possibilités.

Axite CBRE passe en revue ces différentes possibilités afin que vous puissiez faire le meilleur choix et assurer la pérennité de votre structure.

Vous êtes indépendant ? Les espaces de coworking (bureaux partagés) sont faits pour vous

Synergie professionnelle, flexibilité, permanences comptables et juridiques, travail en collectivité. Bien d’autres avantages s’offrent à vous si vous optez pour ce système d’hébergement. Ce grand principe de l’économie collaborative a le vent en poupe et de nombreux espaces fleurissent dans les villes de France, des grandes agglomérations aux petites localités. Les 1ers espaces de coworking sont nés à San Francisco en 2005 et attirent beaucoup de travailleurs indépendants adeptes de ce lieu tiers entre travail à domicile et travail en entreprise. En bref, l’espace de coworking vous apportera un environnement collectif pour combler la solitude de l’indépendance tout en favorisant l’échange.

Les tarifs varient en fonction du business model de la structure. Très souvent un abonnement mensuel en accès 7J/7 24h/24 est proposé aux environs de 200 € HT/mois. Ce prix inclut dans la majorité des cas le thé-café-wifi-mobilier-imprimante-scanner. Pour avoir accès à un bureau privatif ou aux salles de réunion, il faudra débourser une somme supplémentaire.
Certains coworking proposent la possibilité de se faire héberger dans d’autres espaces disponibles dans différentes villes moyennant une tarification complémentaire modérée.

Votre projet est innovant? L’incubateur peut être une solution

Découvrons ce nouveau concept tendance qui vient tout droit des hauts lieux de l’innovation comme la Silicon Valley et qui est en phase avec le récent mouvement lancé par le président Emmanuel Macron pour faire de la France une « STARTUP-NATION ».

Votre entreprise n’est pas encore créée ? Votre projet a une forte dominante scientifique ou technologique ? Vous souhaitez bénéficier d’expertises pointues dans tous les domaines liés à la création d’entreprise : marketing, R&D, crowfunding, management, finances, propriété industrielle et surtout, vous souhaitez vous consacrer pleinement au développement de votre idée, la faire mûrir et la rendre tangible. L’incubateur d’entreprises est fait pour vous. Son objectif est de soutenir l’étape clé de « gestation » des projets innovants.

En intégrant cette structure vous recevez des conseils, des formations, un mentorat intensif et un capital d’amorçage débloqué par les « sponsors » (bien souvent en échange d’une part dans le capital de votre future société). Vous aurez toutes les clés pour maîtriser votre marché et mener à bien votre projet. Arrivée à la maturité de votre projet, vous vous sentez de voler de vos propres ailes ? Vos mentors vous fixeront des échéances sur trois mois avec des objectifs de résultats. Le programme peut alors prendre fin lors de la « Demo Day », autrement dit un grand oral devant les futurs investisseurs de votre entreprise.

Votre entreprise a moins de 3 ans d’existence? Les pépinières existent

Les pépinières d’entreprises, connues aussi sous les noms de ruches ou couveuses d’entreprises, sont des structures d’accueil, d’hébergement et d’accompagnement des nouvelles entreprises. La grande différence avec l’incubateur d’entreprises se fait sur l’ancienneté des entreprises « couvées ». Si l’incubateur héberge des sociétés qui ne sont pas encore créées, la pépinière est destinée aux entrepreneurs ayant déjà créés leur structure. Elle accueille des créateurs d’entreprises de moins de trois ans désirant profiter d’un accompagnement large –juridique, social, stratégique – pour lancer durablement le business et faire progresser l’entreprise avant la phase d’embauche.

En ce qui concerne les prix pratiqués, vous payez un loyer mensuel qui reste toujours plus avantageux que le prix moyen du marché. Moins connu, mais souvent pratiqué, la pépinière peut s’octroyer un pourcentage de votre chiffre d’affaires en guise de loyer. Le principe utilisé par les pépiniéristes est précisé dans votre bail. Pour entrer dans une pépinière, vous devrez déposer un dossier de candidature qui sera examiné par un comité. Lorsque votre dossier est accepté, vous devrez signer une convention avec la pépinière qui durera 3 ans généralement et qui peut être reconduite par un avenant au bail en cas de force majeure.

Vous embauchez vos premiers salariés? Louez ou achetez vos locaux

Il est primordial de vous projeter le plus objectivement possible dans l’avenir de votre société. Acheter ses propres locaux nécessite d’avoir une vision à moyen/long terme de son activité, alors qu’à la location, vous vous engagez sur une période de 9 ans avec la possibilité de résilier votre bail tous les 3 ans. Il existe aussi des formules plus souples telles que le bail de courte durée. D’une durée maximale de 3 ans, il peut prévoir à l’initiative des signataires des clauses de sortie anticipée. « Le dirigeant doit savoir s’il existe la possibilité d’une variation des effectifs, à la hausse comme à la baisse, si sa capacité de production va s’accroître, s’il a besoin d’acheter du matériel, etc…. Sans cette vision à 3, 5 et 10 ans pour de l’achat, il risque de se retrouver bloqué avec un immobilier inadapté à l’évolution de son activité et de rencontrer des difficultés en cas de besoin de réorganisation » explique Xavier Troillard, d’Axite Chambéry.

Mais aujourd’hui, quelle société est-elle capable de se projeter à 3 ou 5 ans ? Autre considération, le dirigeant qui achète doit apporter 20 à 30% du prix car les banques ont durci leurs conditions. Il faut donc évaluer si votre entreprise, en cas d’un éventuel coup dur, peut l’encaisser financièrement et si l’argent immobilisé pour l’achat de vos locaux ne serait pas plus utile pour le développement de votre activité (achat de matériel, personnel, innovation…) ?

Achat ou location ? Quelle formule adaptée à votre activité ?

Selon l’activité de l’entreprise, le choix peut s’avérer différent. Une start-up en pleine croissance ou une société de services peuvent être confrontées à de nombreux changements qui nécessiteront d’être réactif et d’adapter ou de changer ses locaux. La location semble donc être un choix plus pertinent.

L’achat de son propre immobilier s’avère pertinent lorsque l’entreprise est atypique (besoins spécifiques comme une salle blanche par exemple) et/ou est déjà pérenne. « Dans la majorité des cas, l’achat n’est pas nécessairement la bonne option », insiste Xavier Troillard. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que la détention de son immobilier peut troubler la visibilité d’éventuels investisseurs ou actionnaires, que ce soit pour les sociétés cotées ou non.

À lire également :

1ère visite en immobilier d’entreprise : 10 erreurs à ne pas commettre

L’immobilier d’entreprise : les 2 Savoie, un seul territoire de performance

Locaux professionnels trop petits ? 4 solutions pour pousser les murs

Bureaux : l’outil incontournable de recrutement

Vous souhaitez aller plus loin dans la recherche de votre local professionnel ?

Pour recevoir un complément d’information sur l’immobilier d’entreprise, n’hésitez pas à nous contacter :
contact@axite.fr ou 04 50 10 22 22.

Visitez également notre site web : http://www.axite.fr/


Cet article est un publi-reportage. Vous aussi vous souhaitez publier sur notre site web en tant qu’annonceurs ? Toutes les informations sont ici :
https://eco-savoie-mont-blanc.com/publicite-annonceurs/

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

AGENCE ECO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*