Poma/Compagnie des Alpes : un contrat « en or »

Poma/Compagnie des Alpes : un contrat « en or »
4.5 (90%) 2 votes

Le leader mondial des domaines skiables et le constructeur de transport par câbles Poma signent un contrat de 38 millions d’euros pour la réalisation de cinq remontées mécaniques.

 

La Compagnie des Alpes dope ses investissements dans les domaines skiables et le fait savoir. Encore début décembre avec la commande de cinq remontées mécaniques de dernière génération. Cette annonce a fait boule de neige au Critérium de la première neige à Val d’Isère le week-end dernier, où l’une des télécabines sera mise en service en décembre 2018.  Les travaux devraient débuter cet été dans les cinq stations (dont quatre sont situées en Savoie Mont Blanc) que sont Val d’Isère bien sûr, Tignes, Méribel, La Plagne et aussi Serre Chevalier (Hautes-Alpes)

Quatre appareils structurants en Savoie Mont Blanc

A Val d’Isère en Haute-Tarentaise, l’actuelle télécabine de la Daille (dont la construction remonte à 1966) qui domine la piste Oreiller Killy sera remplacée par une télécabine, équipée de 50 cabines premium Symphony 10 places, portant le débit à 2 800 personnes/heure. Ces cabines dernier cri sont dessinées par le designer italien Pininfarina. Habillées de noir, elles sont pourvues de siège en cuir chauffants et de larges baies vitrées.

Cabines premium Symphony dessinées par le designer italien Pininfarina. Crédit photo Poma.

Sur l’autre versant, à Tignes, une nouvelle télécabine reliera le village des Brévières au site des Boisses. Cet investissement s’inscrit dans le plan de refonte complète du front de neige et se substituera aux trois appareils en place. « On rationalise le paysage », commente, satisfait, David Ponson, directeur des opérations domaines skiables à la Compagnie des Alpes. Autre particularité, elle fonctionnera sans personnel d’exploitation en gare aval, de 17 h à minuit.

Ailleurs à Méribel, un télésiège 6 places débrayable à haut débit transportera 3 600 skieurs/heure depuis le front de neige de la station. Innovation oblige, il comprendra 104 sièges coques chauffants avec appui-tête et coque translucide rabattable pour se protéger par tous les temps. Même type d’installation à haut débit et grande vitesse (3 600 personnes/heure à 5,5 mètres par seconde) à La Plagne. Cet appareil est  équipé d’une motorisation propre et silencieuse à entrainement direct, qui réduit de 5 % la consommation d’énergie et de 15 décibels les nuisances sonores. Par ailleurs, la gare aval sera intégrée dans un bâtiment dédié.

Une fabrication « made in Rhône-Alpes »

Selon le constructeur, les cabines seront fabriquées chez Sigma, sa filiale basée en Isère, et les systèmes de transport par câbles sur son site industriel de Gilly en Savoie. Site de 70 000 m2 qui, en 2016, a fait l’objet d’un investissement conséquent de 20 millions d’euros.

Une stratégie offensive, doublée d’investissements toujours plus élevés

Cette commande importante fait suite à celle passée l’an dernier au fabricant autrichien Doppelmayr pour un montant de plus de 20 millions d’euros. Laquelle portait sur trois remontées mécaniques. En 2018, la Compagnie des Alpes lui a « préféré » le constructeur isérois « les négociations se sont révélées plus fructueuses », explique David Ponson, « Monsieur Montagne » à la CDA, avant de poursuivre :

« Poma est un constructeur français historique et de référence qui équipe une large majorité des domaines skiables. Il a su se développer et faire preuve dans les transports urbains par câble, avec le dernier en date à l’île de La Réunion ».

Et c’est sans compter la création de partenariats à l’international, notamment dans le Caucase (en Géorgie et en Russie) et plus récemment en Chine « où nos deux groupes collaborent (via des offres packagées) sur plusieurs sites en développement dans la perspective des JO de 2022 », termine le dirigeant. La « french team » gagne du terrain et prend des parts de marché en France et à l’international. Dans les Alpes, la Compagnie des Alpes met le paquet et relève le niveau de ses investissements. En 2018, ils atteindront 95 millions d’euros et 100 millions l’année suivante, contre 86 millions en 2017.

La nouvelles télécabine de la Daille. Crédit photo Compagnie des Alpes

La Compagnie des Alpes et Poma en chiffres

  • Le groupe, qui vient de publier ses résultats 2016-2017, réalise un chiffre d’affaires de 762,2 millions d’euros, en hausse de 6,6 %. L’activité domaines skiables pèse 426,9 millions et progresse de 4,2 %, en raison notamment de l’évolution du nombre de journées skieurs qui s’établit à 13,8 millions (+ 0,5 %). A la tête de 11 domaines skiables (et détenteur aussi de participations dans quatre domaines skiables dont Chamonix et Avoriaz), le groupe emploie environ 5 000 collaborateurs sur ses trois métiers (domaines skiables, destinations de loisirs et développement groupe).

   Pour en savoir plus : Lire n° Eco du 15 décembre 2017

  • Quant à Poma, le groupe totalise plus de 8 000 installations dans le monde depuis sa création il y a 80 ans. En 2017, le constructeur français annonce un chiffre d’affaires de 343 millions d’euros avec 1 026 salariés, dont 661 en France sur ses différents sites industriels.

 

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*