Le Polyèdre dans le viseur de la chambre régionale des comptes

Jusqu'à la création de la commune nouvelle, Seynod était le principal financeur du Polyèdre.
Le Polyèdre dans le viseur de la chambre régionale des comptes
4 (80%) 1 vote

La CRC Auvergne-Rhône-Alpes se penche sur la gestion du Polyèdre à Seynod sur la période 2010-2016. Epinglée pour son manque de rigueur et de contrôle, l’association très active dans le domaine culturel est invitée à revoir son mode de fonctionnement.

La chambre régionale des comptes a publié le 6 février 2018 un rapport concernant la gestion de l’association le Polyèdre à Seynod, sur la période 2010-2016. Très active dans le domaine du loisir et de la culture, la structure qui a succédé à la maison des jeunes et de la culture en 1974 compte 2500 adhérents. En 2015, son budget s’est élevé à 1,08 million d’euros dont 564 000 euros de fonds publics . La part de la commune de Seynod était alors de 439 894 euros. Si la variété et l’intérêt social de ses activités ne sont pas contestés, l’association est épinglée en raison d’une gouvernance défaillante et de dysfonctionnements nombreux  : absence de comptabilité analytique ce qui ne empêche de rationaliser la politique tarifaire. défaut de formalisme des demandes de subvention, documents comptables non publiés ou pas analysés par la commune de Seynod

Une situation financière confortable malgré des dérapages

Ce manque de rigueur a, par exemple,  conduit au dérapage financier du Seynod Voice, un radio crochet organisé en 2015 et 2016 pour lequel les recettes ont été largement surestimées. Pour cette opération, le reste à charge de l’association s’est élevé à 27 530 euros en 2015, 37 499 en 2016. Malgré cela, le Polyèdre dispose d’une situation financière confortable. A fin octobre 2016, ses fonds sont valorisés à 300 000 euros ce qui lui permettrait de fonctionner durant un an sans subvention communale.

Le management en cause

La chambre régionale des comptes constate par ailleurs un absentéisme important,  un management trop autoritaire et peu respectueux aggravé par une implication insuffisante des élus et du bureau. Le directeur est également mis en cause pour avoir acheté, avec la carte bancaire de l’association, du mobilier livré à son domicile pour un montant de 1800 euros. Après mise en demeure du président, l’intéressé a remboursé  en 2012 la somme en question sans que les faits en question ne soient signalés à l’autorité judiciaire et au nouveau président de l’association.

Recommandations

Dans son rapport, la chambre régionale des comptes recommande une révision des statuts du Polyèdre de manière à ce qu’ils soient adaptés à l’importance de ses activités  et de mieux préciser le rôle des différentes instances. Elle prône la mise en place d’une comptabilité analytique (l’association  s’est engagée à le faire d’ici 2019) et de procédures de contrôles internes. Enfin, elle recommande la publication de comptes annuels certifiés conformément au Code du commerce qui s’applique aux associations percevant plus de 153 000 euros de subventions par an.

L’Adamspa aussi

L’association savoyarde Adamspa qui se consacrait, jusqu’à sa dissolution en juin 2017, à l’action médico-sociale en faveur des personnes âgées est aussi épinglée par la CRC. La juridiction administrative met à jour des facilités (abonnement téléphone et internet) sans justificatifs et frais injustifés comme des contraventions et des repas au restaurant pour des membres de l’association accompagnés de proches.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

ARTICLES LES + LUS :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*