Mont-Blanc Industries et Auvergne Efficience Industrielle vont fusionner

Mont-Blanc Industries et Auvergne Efficience Industrielle vont fusionner
4 (80%) 1 vote

La nouvelle a été glissée dans une simple invitation à une conférence de presse le 2 mars : le pôle de compétitivité Mont-Blanc Industries (MBI) et le cluster Auvergne Efficience Industrielle (AEI) vont fusionner pour donner naissance à Auvergne Rhône-Alpes (Aura) Industrie 4.0.

Le communiqué d’invitation précise qu’il s’agit d’une « réponse stratégique forte de deux structures aux enjeux de la transition numérique de l’industrie du futur et du rôle que les pôles de compétitivité peuvent jouer dans le nouvelle donne économique et industrielle, régionale et nationale. »

Logique de rationalisation régionale

Sur le fond, cette annonce n’est pas vraiment une surprise : l’ex-pôle de compétitivité Arve Industries travaille depuis des années à agrandir son champ de compétences, tant sur le plan géographique (dépasser la vallée de l’Arve et la Haute-Savoie qui l’ont vu naitre) que sur le plan sectoriel (partenariat avec le pôle de la plasturgie, Plastipolis, en 2016, par exemple).

Et cette fusion correspond à la volonté de rationalisation des outils de soutien au développement économique mise en œuvre par la Région Auvergne Rhône-Alpes : il y a déjà eu les fusion de la JCE-plasturgie et de Plastipolis ou de Numélink et du Clust’R Numérique.

 

LA RÉGION ENCOURAGERA FORTEMENT LES REGROUPEMENTS ET PARTENARIATS ENTRE PÔLES ET CLUSTERS, DANS UN DOUBLE SOUCI DE RENFORCEMENT DE LA LISIBILITÉ DE CES INITIATIVES POUR LES ENTREPRISES ET DE DÉPLOIEMENT DE L’ACTION RÉGIONALE AVEC UNE PLUS GRANDE CONCENTRATION DE MOYENS.
Extrait du SRDEII 2017-2021 de la Région Aura (p 35)

 

Des profils différents

Sur la forme, elle surprend davantage : outre leur éloignement géographique, les deux structures n’ont pas le même profil. Ce qui peut aussi être un gage de bonne complémentarité, sans doublon.

AEI a été créé en 2014. Basé près de Clermont-Ferrand c’est un cluster (un seul salarié) qui rassemble une quarantaine d’adhérents, tous basés en Auvergne à deux exceptions près (un bureau d’études ardéchois et le pôle Mont-Blanc Industries, dans le cadre d’une adhésion croisée depuis 2016).

Ses adhérents, dans le collège entreprises, ne sont pas des industries directement mais des consultants (en management, innovation, qualité…) et surtout des PME de services aux industries : big data, simulation numérique, web marketing, méthodes industrielles ou encore mesures et métrologie (c’est la spécialité de Jean-Michel Pou, président du cluster et dirigeant de Deltamu).

2006-2016 : 10 ans d’activité de Mont-Blanc Industries
(vidéo officielle produite par le pôle de compétitivité Mont-blanc Industries) :

 

Mont Blanc industries, lui, a rang de pôle de compétitivité et rassemble plus de 300 entreprises, de la TPE au groupe international, plutôt axées sur les industries mécaniques et mécatronique et majoritairement basées en Haute-Savoie.

La structure, présidée par Etienne Piot (dirigeant d’Adventics à Bonneville), emploie cinq personnes. Elle est née sous le nom d’Arve Industries en 2006 et a depuis toujours su tirer son épingle du jeu au classement des pôles de compétitivité (en clair : de sa reconnaissance par l’Etat et les collectivités), bien qu’étant principalement assise sur un tissu de PME et éloignée des grandes métropoles.

 

Bien que de profils différents, les deux structures ont néanmoins deux points communs importants : elles travaillent principalement avec des PME et ont une même culture de l’innovation et des projets collaboratifs.

Rendez-vous le 2 mars

La « présentation officielle d’Aura Industrie 4.0 » devrait permettre d’en savoir plus sur le fonctionnement, les objectifs ciblés et la stratégie de la nouvelle structure. La signature de l’acte de fusion par les deux présidents se déroulera à Annecy en présence d’élus du bassin (Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer, président et vice-président du Grand Annecy), du préfet de  Haute-Savoie, du directeur de l’association nationale Alliance pour l’industrie du futur (dont Jean-Michel Pou est le représentant en Auvergne) et de la vice-présidente de la Région aux entreprises et à l’économie, l’annécienne Annabel André-Laurent.

Pour rappel, depuis la loi Notre, la Région (au premier rang) et les intercommunalités sont les deux échelons qui ont encore compétence pour le financement du développement économique. Le Département, qui a joué un rôle historique aux côtés de MBI, n’a ainsi plus voix au chapitre.

L’invitation ne mentionne pas (pour le moment ?) la présence d’élus auvergnats.

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*