Maike Automotive placé en procédure de sauvegarde

Le groupe de décolletage haut-savoyard ouvre un plan de sauvegarde de l’emploi, et Frank et Pignard se retrouve en redressement judiciaire.

La nouvelle vient de tomber. Le groupe Maike Automotive, dont le siège est à Bonneville (Haute-Savoie), se trouve en grande difficulté. Plus grave, un plan de sauvegarde de l’emploi a été décidé dernièrement, et annoncé aux responsables du personnel. Plusieurs centaines de postes sont concernés. Cette mesure touche l’ensemble du groupe (EMT, Precialp et Peugeot Japy), auquel appartient aussi la société Frank et Pignard, qui a été placée ce 2 août en redressement judiciaire pour insuffisance d’actif (les pertes seraient inférieures à un an, Ndlr) par le tribunal de commerce. Celle-ci, touchée par deux plans sociaux en 2007 et 2008,  faisait l’objet d’une procédure de sauvegarde depuis 2009, après son rachat par Maike Automotive. L’entreprise de sous-traitance automobile, qui emploie près de 500 salariés à Thiez, peut donc poursuivre son activité… jusqu’à nouvel ordre. Une nouvelle audience a été fixée devant le tribunal le 4 octobre prochain.

Les départs à la tête du groupe s’enchainent

Contactée par la rédaction d’Éco Savoie Mont Blanc (lire l’article de Philippe Claret paru dans le journal du 4 août), la direction de Maike Automotive n’a pas souhaité s’exprimer. Une procédure de conciliation avait été lancée en mars dernier entre la direction, les actionnaires et les banques afin de trouver une solution pour relancer le groupe… la procédure qui prenait fin le 31 juillet n’a de toute évidence pas abouti.

Les signaux d’alerte se multipliaient depuis plusieurs mois déjà. Et la situation s’était nettement dégradée avec le départ fin mars du directeur général Philippe Mallet pour « divergence avec la stratégie du groupe ». Fin juin, c’est le président et cofondateur du groupe Barthélemy Gonzalez qui était remplacé par Giovanni Cannella, lequel vient à son tour de quitter l’entreprise. Son successeur Michel Maire a été présenté le 3 août aux salariés.

Le siège social du groupe Maike Automotive à Bonneville. Crédit photo : Maike

 

Pour mémoire, le groupe Maike Automotive, pourtant acteur incontournable de la sous-traitance automobile et du décolletage en Haute-Savoie, compte 1400 salariés (dont 1 000 en France) et réalise un chiffre d’affaires d’environ 250 millions d’euros en 2016. Il est spécialisé dans les systèmes de direction, la transmission, l’injection et management des fluides et  les turbocompresseurs.

Philippe Mallet, cofondateur et ancien Dg de Maike (photo viadéo)

 

 

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*