Maike Automotive : bousculade au portail

Maike Automotive : bousculade au portail
3.8 (75%) 8 votes

7 industriels ont déposé des dossiers de reprise pour les entreprises du groupe Maike Automative. Les noms d’Yves Bontaz ou de Claude Pimpie circulent…

La chute annoncée du plus gros groupe de décolletage de la vallée de l’Arve l’été dernier a provoqué de nombreux commentaires, mais surtout une mobilisation de la filière pour tenter de sauver quelques meubles. Sept industriels ont constitué des dossiers de reprise déposés le 8 janvier dernier pour les trois sociétés haut-savoyardes de Maike Automotive, placées en redressement judiciaire : Frank & Pignard, EMT 74 et Précialp.

Les repreneurs potentiels peuvent jusqu’au 6 février améliorer leurs offres. Le tribunal de commerce de Grenoble rendra ensuite sa décision le 8 février.

Quelques noms circulent dans la vallée pour les cinq repreneurs locaux, sans que personne ne confirme officiellement : Alpes Léman, Alpen’Tech, Kartesis… Yves Bontaz a quant à lui visité Frank & Pignard. A-t-il fait une offre ? Compte-t-il s’associer avec une autre société pour reprendre l’entreprise ? Le nom de Claude Pimpie a également été porté par le vent, sans confirmation. Il avait en 2014 repris le site Stequal devenu Altia, puis DMS 74, placée en redressement judiciaire quelque temps après… Un pedigree pas forcément rassurant pour les salariés concernés et la filière décolletage dans son ensemble.

Deux repreneurs chinois ont également déposé des offres. Selon nos informations, les activités et les trois sites seraient maintenus quelles que soient les offres. En revanche, des emplois sont menacés : surtout des postes indirects ; l’une des offres sur les trois déposées concernant EMT 74 ciblerait aussi quelques emplois en production. Maike Automotive concentre un millier d’emplois en Haute-Savoie et travaille avec de nombreux fournisseurs de la vallée de l’Arve qui craignent un effet boule de neige pour la filière si les offres de reprise n’assurent pas la pérennité des trois sociétés.

Depuis sa création en 2008, Maike Automotive s’est développée en multipliant les acquisitions : une croissance externe jusqu’à l’indigestion.

Crédit photo : Martial Saddier.


Par Sandra Molloy


À lire aussi :

MAIKE CHERCHE PARTENAIRE

Maike Automotive bientôt en pièces ?

Maike Automotive placé en procédure de sauvegarde

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*