Les Oséades : un concentré de solution pour les entrepreneurs

Les Oséades : un concentré de solution pour les entrepreneurs
4.4 (88%) 5 votes

Les présidents haut-savoyards Guy Métral, de la Chambre de Commerce et d’Industrie, et Franck Lopez de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, présentent la septième édition d’un festival atypique et décentralisé. Interview.

Quelle était votre ambition lors de la première édition, avec vos partenaires ?

Guy Métral : La création des Oséades part d’une idée simple : regrouper sur deux semaines le plus grand nombre d’événements dédiés aux créateurs-repreneurs et aux entreprises, pour leur faciliter l’accès à des conseils d’experts et les accompagner dans leurs projets. L’objectif de la CCI, de la CMA et du Département (remplacé depuis par la Région), c’était aussi de mutualiser et de créer des synergies entre les différents acteurs de Haute-Savoie.

Franck Lopez : L’idée est suffisamment originale pour que, partie de Haute- Savoie, elle soit aujourd’hui copiée – et c’est tant mieux ! – dans d’autres territoires. Si elle est née ici, c’est qu’il règne dans le département une culture naturelle d’échange entre organismes consulaires. Nous sommes bien en phase avec le président Métral.

Sept ans plus tard, cette ambition est-elle atteinte selon vous ?

G. M. : Les chiffres parlent d’eux-mêmes : cette année, nous proposons une centaine de conférences, de réunions ou de sessions de pitchs organisées par 90 acteurs, dans plus de 20 villes, autour de 14 thématiques. Depuis 2012, les Oséades, avec plus de 15 400 participants, sont devenues le rendez-vous incontournable de l’entrepreneuriat de Haute-Savoie. En outre, les enquêtes à six mois montrent que grâce à cette manifestation 90 % des entreprises ont pu résoudre une problématique précise et que 20 % ont ensuite engagé un projet d’investissement, d’embauche ou d’innovation, pendant qu’un porteur de projet sur trois créait son entreprise.

F. L. : Les Oséades sont maintenant identifiées comme un concentré de solutions par les entrepreneurs. En 2017, le public était composé à 45 % de dirigeants et 40 % de créateurs. La manifestation se veut départementale, même si 60 % du public vient du bassin annécien, 9 % du Genevois, 4 % du Chablais, 11 % de la vallée de l’Arve… et 13 % d’autres départements. J’ajoute que le site dédié à la manifestation est également très fréquenté.

Quels sont les thèmes qui vous semblent plus particulièrement d’actualité ?

G. M. : Cette année encore, l’offre proposée aux créateurs est riche, mais cette édition donne aussi la part belle aux chefs d’entreprise. La question de la transformation numérique est naturellement très présente, avec le m-commerce [ndlr : commerce mobile, notamment utilisation de la téléphonie mobile pour régler tourisme ou encore l’innovation ouverte. On retrouve aussi le thème du financement ou encore celui de l’international. C’est cette diversité des sujets traités qui fait la richesse des Oséades !

Comment l’économie haut-savoyarde vit-elle cette période de reprise économique, en ce début d’année 2018 ?

G. M. : La croissance se poursuit sur un rythme un peu plus modéré, avec des carnets de commandes satisfaisants pour l’industrie, une saison d’hiver plutôt bonne, une situation qui s’améliore enfin pour le commerce, une activité soutenue pour le BTP et stable pour les services. Mais ce dynamisme n’est pas sans poser problème en matière de recrutements avec un taux de chômage à 6,3 %.

F. L. : La situation est plus tendue dans l’artisanat. Notre dernier panel de conjoncture économique indique un moral des entrepreneurs plutôt à la baisse. Certes, 48 % d’entre eux estiment que « ça va bien », mais c’est 6 % de moins qu’au dernier trimestre 2017. Niveau d’activité, chiffre d’affaires, trésorerie, effectifs : tous ces indicateurs sont orientés vers le bas. Aujourd’hui, 20 000 entreprises artisanales sont en activité. Nous avons enregistré 943 nouvelles immatriculations en 2017, mais 57 % concernaient des micro-entreprises. Dans le même temps, il y a eu 600 radiations. Le secteur de l’alimentation souffre tout particulièrement depuis le début de l’année, et la situation a de nouveau tendance à se tendre dans le BTP pour les artisans.

Quelle réponse peut apporter la CCI de la Haute-Savoie aux problèmes de recrutement rencontrés par les entreprises ?

G. M. : La CCI a fait le choix de la formation pour répondre aux besoins de compétences des entreprises, qu’il s’agisse de formation continue (avec 2 200 dirigeants et salariés formés par an) ou en apprentissage avec 300 jeunes alternants chaque année.

Guy Métral à gauche, Franck Lopez à droite.

Demandez le programme

Du 28 mai au 8 juin, les Oséades alignent 89 rendez-vous dans seize points du département. À elle seule, la commune nouvelle d’Annecy (Annecy, Annecy-le-Vieux, Seynod, Cran- Gevrier) en concentre plus de la moitié, mais les autres bassins départementaux ne sont pas oubliés, qu’il s’agisse du Chablais (avec des propositions à Thonon-les-Bains, Évian-les-Bains, Publier, Perrignier), la vallée de l’Arve (Thyez, Passy, Sallanches), le Genevois (Annemasse) ou le bassin de Faverges.

Les conférences sont regroupées en 14 thèmes, abordant à peu près toutes les questions liées à la création et au développement des entreprises : aides et financement, communication et solutions digitales, de l’idée au business plan, développement commercial France et international, développement durable, management et ressources humaines, gestion et pilotage de l’entreprise, innovation, juridique et fiscalité, marché territoire et implantation, protection sociale et assurances, réglementation, reprise et transmission, réseau.

Une occasion unique de faire le point sur les sujets les plus classiques (export, guide de la création, financement) comme les plus émergents (start-up, instagram pour les pros, communication non-verbale, management appréciatif…). Les rendez-vous sont gratuits, mais l’inscription en ligne est obligatoire (www.oseades.com), pour une bonne organisation logistique.

Osez être remarquable

Lundi 28 mai à Annecy à la CCI, 5 rue du 27e BCA, les Oséades sont ouvertes avec la conférence-spectacle « Osez être remarquable », animée par Gilles Durouchoux et Ludovic Leroux. Les deux coaches ont choisi une présentation atypique et, s’il faut en croire le site de présentation et les échos du net, plutôt punchy et décalée. « Nous avons voulu une forme ludique et divertissante pour amener les gens à participer et, à travers des jeux et des expériences, mieux faire comprendre à chacun comment il peut se sentir remarquable… et le faire partager à ses interlocuteurs », explique Ludovic Leroux. Lui-même est préparateur mental de sportifs de haut niveau, et coach sur les aspects personnels et humains. Gilles Durouchoux, également coach, est davantage spécialisé dans les techniques de communication avec une approche « antiblabla ». À vérifier le 28 !


Propos recueillis par Philippe Claret

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

ARTICLES LES + LUS :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*