Léman Express : le risque de retard s’amplifie

Léman Express : le risque de retard s’amplifie
5 (100%) 1 vote

La liaison express Cornavin-Eaux Vives-Annemasse avance à bon train mais se heurte à une nouvelle opposition liée aux nuisances sonores.

Dans son dernier bulletin trimestriel, les promoteurs de Léman Express font le point sur l’avancement de la liaison express Cornavin-Eaux Vives-Annemasse. Les travaux sont réalisés à 77% avec le quasi achèvement du génie civil. Le tunnel du Champel dont le creusement sera achevé dans quelques semaines sera le dernier jalon clé liant l’ensemble du tracé. Le second œuvre est terminé pour trois des cinq futures stations. La pose de la structure métallique se poursuit dans les stations de Carouge-Bachet et de Lancy-Pont-Rouge, qui sera la première mise en service en décembre 2017.

Les premières plantations sur la voie verte

La voie verte devrait elle aussi être mise en service en décembre 2017. Piéton d’un côté, cyclable de l’autre, ce corridor écologique, construit sur le toit du Ceva, doit permettre de recréer des milieux naturels. Dédié à la détente et la mobilité douce, il facilitera les déplacements quotidiens et les liaisons inter quartiers. Les premières plantations ont débuté le 20 mars, en présence de plus de 300 invités et riverains.

Des oppositions liées au bruit

Au fur et à mesure de l’avancée des travaux, les vibrations et bruits solidiens sont mesurés afin de déterminer les dispositifs les plus efficaces pour diminuer l’impact de la circulation des trains en souterrain sur les bâtiments avoisinants. Le dernier tronçon à tester, le tunnel de Champel, le sera une fois le gros œuvre terminé. Quatre oppositions ont été déposées par des riverains auprès de l’office fédéral des transports. Une opposition est venue s’ajouter sur le tronçon du Pinchat Ouest. Si l’objectif d’une mise en service fin 2019 est officiellement maintenu, les promoteurs du Ceva reconnaissent que cette nouvelle opposition « amplifie le risque important de report ».

Le Ceva dont le coût est estimé à 1,62 milliard de francs emploie actuellement 177 ouvriers et 83 entreprises ou bureaux. Le premier coup de pioche de cette liaison ferroviaire express de 16 km (14 en Suisse, 2 en France) reliant les réseaux suisse et français a été donné en 2011.

Crédit photo : https://stories.cff.ch

À lire également :

Plus d’infos sur : http://www.transferis.com/rerfvg/

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

AGENCE ECO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*