Image et multimédia : une filière en action

Image et multimédia : une filière en action
Notez cet article !

Le secteur ‘‘image animée et industries créatives’’ ne cesse de se développer en Haute-Savoie, dans le bassin annécien en particulier. Pour faire vivre cet écosystème dynamique, Citia accompagne les entreprises, favorise les échanges, met en oeuvre des actions.

La filière image en mouvement et industries créatives regroupe les studios de production audiovisuelle, les studios de développement de jeu vidéo, les agences web mobile et multimédia, et les agences de communication soit 310 entreprises sur le département. Des compétences amenées de plus en plus à se croiser pour satisfaire une demande toujours plus ‘‘crossmedia’’. Pour accompagner cette économie en plein essor, différents outils sont développés ou soutenus par Citia.

“Nous aidons à l’implantation et au développement des entreprises mais pas seulement, nous voulons aussi faire vivre la filière.”

https://youtu.be/rXysw8kkJRo

Favoriser l’implantation

Créée en 2004 sous l’impulsion de la C2A, Communauté de l’agglomération d’Annecy, avenue des Îles, la pépinière Citia a ainsi accueilli 36 entreprises jusqu’à l’automne 2015, date à laquelle elle s’est installée aux Papeteries Image Factory. Parmi les 26 toujours en activité, certaines ont depuis largement pris leur envol à l’instar des Films du Cygne (Cran- Gevrier), ou Onde M (Annecy). Même hors pépinière, les créateurs du territoire bénéficient du concours de Citia.

In The Box, studio d’animation et de post-production, à Cran-Gevrier, en témoigne. « Nous avons profité d’un accompagnement bienveillant de Citia depuis notre lancement en 2008, jusqu’à la tenue d’un stand au Mifa, il y a deux ans, à un prix préférentiel. La société y a gagné en visibilité et a profité d’une mise en relation de qualité », explique Mathieu Marin, co-dirigeant.

Mesurer l’impact

Pour mesurer le dynamisme de ce secteur, l’Agence économique départementale de la Haute- Savoie et Citia, ont lancé, fin 2011, en partenariat avec le pôle de compétitivité Imaginove, l’Observatoire de la filière. Sa mission ? Recueillir les données économiques complètes sur la filière afin d’identifier et caractériser les entreprises qui la composent, observer l’évolution et étudier sous un angle plus qualitatif leur comportement… En résulte, tous les deux ans, un panorama complet. « Nous avons également lancé le guide de la fi lière en 2013 pour développer un sentiment d’appartenance. Il compte à ce jour 155 entreprises et est consultable en ligne sur le site de Citia », souligne Mickaël Marin, délégué général de Citia.

Doper l’innovation

Parallèlement, en 2012, une autre étape a été franchie avec la création d’une plateforme d’aide aux projets innovants, grâce au soutien financier de l’Assemblée des Pays de Savoie. Son but ? Accompagner un ou plusieurs projets du stade conceptuel et expérimental au stade préindustriel pour un moment, en 2016, de 28 000 €. « Lilm, place de marché pour les artisans d’art, va profiter d’un soutien de 12 000 € pour accueillir un stagiaire et créer des contenus, notamment vidéo, nécessaires à son image », souligne Anthony Garcia, dirigeant de cette plateforme B to C en ligne, qui connecte des créateurs et des artisans d’art avec des amoureux de pièces uniques et de beaux objets.

Également lauréate avec une aide de 12 000 € : Alexandra Faresse pour The Local Bird, plateforme qui propose des expériences et des séjours dans les Alpes en se basant sur les ‘‘Insiders’’, une communauté de passionnés locaux. « Ce soutien est d’abord la reconnaissance d’un projet innovant et crédible. D’un point de vue financier, il va permettre d’investir dans des supports de communication vidéo et de créer une web série pour mettre en avant le collectif d’‘‘Insiders’’. Le but est de faire passer l’émotion par la vidéo via l’expérience ou le client local. » Depuis sa création, dix projets entrepreneuriaux ont profité d’un financement de cette plateforme pour un montant total de 130 000 €.

Créer des liens

« Nous aidons à l’implantation et au développement des entreprises mais pas seulement : nous voulons faire vivre la filière, faire en sorte que les gens se rencontrent. Nous avons ainsi mis en place toute une programmation », poursuit Mickaël Marin. Des rendez-vous (petits-déjeuners, tables rondes…) sont ainsi donnés, tout au long de l’année, aux entreprises de la filière, pour accroître leurs connaissances dans des domaines variés et des rencontres avec des experts (professionnels du droit, du chiffre, spécialistes innovation…). En 2017, des journées seront également dédiées à l’emploi et au financement des entreprises.

Un coup de pouce à la production

Le Fonds d’aide à la production d’oeuvres audiovisuelles d’animation numérique a été créé en 2006 par le Département qui a confié à Citia sa mise en oeuvre et son suivi. Doté de 225 000 €, il est destiné aux producteurs délégués d’oeuvres audiovisuelles – séries, spéciaux TV –, et aux porteurs de projets qui produisent totalement ou en partie en Haute-Savoie. En 2016, Caribara, co-producteur avec Dandeloo de “La Cabane à histoires” a bénéfi ié d’une aide de 105 000 € pour cette série d’animation qui a vocation à promouvoir la lecture auprès des tout-petits.

« Sans l’aide du Département et de Citia, on ne pourrait pas faire de l’animation en France et en Haute-Savoie : quand on monte de tels projets de production, on se heurte à une forte concurrence internationale, notamment asiatique. Cette aide nous permet de relocaliser et de produire à Annecy », souligne Fabien Baboz, dirigeant de ce studio, qui conçoit des séries et des films d’animation. La société, en plein essor, va investir 90 m2 supplémentaires début 2017 au sein des Papeteries où elle disposera de 250 m2. C’est l’entreprise la plus importante du site, tant en effectif – il va passer de 25 à 40 collaborateurs – qu’en surface.

Autre lauréate du fonds d’aide, Spacesheep, créée en 2014. Avec Denis Friedman Productions (DFP), Spacesheep a reçu, en 2015, une aide de 60 000 € pour ‘‘Urbance’’, un projet transmedia. « Cette somme a servi à développer le pilote de la série TV, série actuellement en recherche de financement pour la première saison », indique Dorian Winnicki, co-dirigeant. Basée à Annecy-le-Vieux, Spacesheep compte une quinzaine de collaborateurs réguliers. « Nous avons la volonté de faire travailler les locaux. La région foisonne de talents », ajoute Nicolas Barbieux, co-dirigeant. Le studio a choisi cette implantation pour sa proximité avec la Suisse où il compte une large clientèle.


Par Françoise Lafuma.

Crédit photo : Lillian Vasquez.

À lire aussi :

Ubisoft Annecy magnifie la montagne avec ‘‘Steep’’

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

ARTICLES LES + LUS :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*