Exclusivité : interview de Yves Bontaz, “Je veux créer le média de la montagne de demain”

À la tête du groupe de décolletage éponyme et de 20 autres sociétés, l’homme d’affaires de 78 ans, réputé pour son franc-parler – nous lui laissons la responsabilité de ses propos – s’offre un projet à la hauteur de ses ambitions : un groupe média. Interview.

Vous créez un nouveau média ?

J’ai complètement “lâché” le foot (sous- entendu l’ETG) et la vie mondaine pour me consacrer au lancement d’un pôle média. Nous avons racheté, au printemps, Radio Mont Blanc (on parle de 1,5 M€, NDLR) et Sport Premium, une agence de communication et événementiel à Annecy (12 personnes), dans l’optique d’initier une nouvelle chaîne TV. Elle coexistera avec 8 Mont Blanc, dont nous sommes au passage toujours l’un des principaux actionnaires avec 23 % des parts (directement ou non). Je me suis vu refuser le contrôle de cette chaîne locale (en redressement !), alors que je voulais augmenter le capital pour la rendre plus intéressante. J’étais prêt à mettre 2 M€ d’euros sur la table, dont 400 000 euros pour le passage sur Canalsat.

On vous reproche de vouloir créer une “8 Mont Blanc bis”, et aussi d’en faire votre porte-voix ?

Nous ne créons pas ce pôle média pour servir nos intérêts mais pour valoriser notre territoire et les événements qui s’y déroulent. Notre volonté à terme est d’imaginer un média global et pérenne autour de la montagne en France, mais aussi en Suisse romande et en Val d’Aoste. Un média comme il n’en existe nulle part ailleurs et qui s’inscrive définitivement dans l’avenir. La radio doit devenir de la radio filmée, la télévision doit être accessible sur le digital… Car le cœur même du projet est digital : nous produirons du contenu vidéo qui sera diffusé sur différents supports pour toucher les consommateurs sur leurs modes de consommation (smartphone, ordinateur, tablette). Le seul moyen aussi d’être rentable aujourd’hui. Vouloir créer une nouvelle télévision locale, voire régionale, serait totalement inconvenant et farfelu.

De gauche à droite : Jean-Noël Deparis, Yves Bontaz, Daniel Anghelone, Jacques Legros, Philippe Deparis. Crédit : Facebook Yves Bontaz.

À quoi ressemblera Mont Blanc Live dans les grandes lignes ?

Je n’ai donné qu’une seule consigne : produire beaucoup d’émissions sur le terrain. Nous nous entourons de professionnels du PAF. La rédaction sera composée d’anciens journalistes de 8 Mont Blanc – Gilles Meunier et Patrice Mallet nous ont sollicités –, et d’autres. Jacques Legros, présentateur du JT sur TF1 et cofondateur de France Info et LCI, interviendra au titre de consultant pour définir les antennes (radio, TV…), et Fabien Baunay, ancien patron de M6 Thématique et d’Havas Entertainment, pilotera le pôle média. Nous avons aussi confié à Laurent Surbeck, co-fondateur et ex-dirigeant de Montagne TV, les achats de programmes. Actuellement nous sommes en pour-parlers avec des experts de la montagne et des sociétés de production spécialisées pour enrichir le contenu et offrir toujours plus de nouveautés et de concepts qualitatifs. Le groupe comptera 40 personnes et sera implanté à Thyez, dans des locaux aménagés tout spécialement, avec studios TV et radio.

« NOTRE VOLONTÉ EST D’IMAGINER UN MÉDIA GLOBAL ET PÉRENNE AUTOUR DE LA MONTAGNE. » Yves Bontaz

Selon vous, tous ces investissements n’auraient jamais pu voir le jour sans Bontaz Centre ?

Rendons à César ce qui appartient à César. Aujourd’hui Bontaz Centre, c’est près de 4 000 salariés dans le monde, cinq centres R&D, un chiffre d’affaires de 250 M€. Et aussi une croissance de 17 % en 2016, notamment à l’export où nous réalisons 90 % de notre activité. Nous nous déployons à l’international, surtout en Chine (quatre sites) mais aussi en Tunisie, au Maroc, au Brésil… Nous ouvrirons courant 2017 une nouvelle usine sur 50 000 m2 au Portugal dédiée à la R&D, à l’usinage et l’assemblage. En France, il n’y a plus d’avenir car on traque les entrepreneurs qui gagnent de l’argent.


Le site de Mont Blanc Live sera lancé au printemps et visible sur Canalsat cet été.

Propos recueillis par Patricia Rey. Retrouvez cette interview dans le magazine ECO du 13 janvier.

À lire également : https://eco-savoie-mont-blanc.com/yves-bontaz-bal-fini/

06/01/16, Yves Bontaz à Marnaz.

INSCRIPTION NEWSLETTER

1 Rétrolien / Ping

  1. Yves Bontaz, "Le bal est fini" - ECO Savoie Mont Blanc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*