Une embellie pour le climat des affaires

Une embellie pour le climat des affaires
4.3 (86.67%) 6 votes

La dernière note de conjoncture publiée par la direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes de la Banque de France souligne le dynamisme de l’économie.

A la mi-août, l’indicateur du climat des affaires (ICA) qui permet une lecture rapide et simplifiée de la conjoncture s’établissait à 105 pour l’industrie de la région. Similaire à l’ICA national,  il traduit une hausse de 5 points par rapport à la situation moyenne (100). Dans le domaine des services, la région affiche un ICA de 105 alors que la moyenne nationale s’établit à 99.

L’industrie se tasse en juillet

Par rapport à la dernière enquête mensuelle réalisée par la direction régionale Auvergne-Rhône-Alpes de la Banque de France, la production industrielle s’est légèrement tassée en juillet. En cause, une stabilisation des commandes intérieures et une érosion de la demande étrangère. Mais tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne : la pharmacie, la plasturgie et les autres industries manufacturières reculent. A l’inverse, la chimie et le textile/habillement progressent sur la période. Les prix se sont stabilisés après quelques mois de hausse tandis que les stocks restent maîtrisés. Les carnets se maintiennent à un bon niveau, annonçant  une activité soutenue dans les prochaines semaines.

Les services, plutôt actifs

Dans le secteur des services, le mois de juillet s’est révélé plus actif que de coutume dans l’hébergement, la restauration, le travail temporaire mais aussi le transport de fret et l’informatique.  L’ingénierie technique fait figure d’exception et semble moins porteuse sur la période. L’évolution des prix ralentit depuis quelques mois, tout comme les effectifs, à l’exception notable de l’intérim.

Evolution trimestrielle

Sur un trimestre, la Banque de France constate une progression continue du courant d’affaires dans le BTP. Le bâtiment a notamment bénéficié d’une activité soutenue et les perspectives sont favorables pour le second et gros œuvre. Les travaux publics ont enregistré un raffermissement de la demande publique dans un contexte de prix toujours tendus. Les prévisions sont bien orientées. Même tendance pour le commerce de gros : les échanges se sont notamment intensifiés pour les produits industriels et l’agroalimentaire pour lequel les prix sont en léger retrait. La Banque de France estime que « malgré des carnets de commandes justes corrects et des stocks légèrement supérieurs aux besoins courants, l’activité à court terme devrait au moins se maintenir ».

@Flickr

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

AGENCE ECO

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*