L’édito d’Alain Veyret : « Attristé »

Bernard, après un long combat contre la maladie que tu feignais de pouvoir gagner, tu es parti sans bruit. Tu aurais même voulu que cela soit encore plus discret. Pour moi, c’était impossible. Attaché parlementaire de ton père, nous avons vécu ensemble nos premiers engagements électoraux, mais très vite tu pris le large, entamant une carrière qui te mènera à de hautes responsabilités ministérielles et européennes, jusqu’à être le signataire de l’Acte Unique, marquant une importante étape de la construction européenne. Avoir oeuvré à tes côtés pour notre région, pour le Centre, pour l’Europe, restera toujours pour moi une grande ... [lire la suite]
Bonjour, pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné Premium.
Pour vous abonner, cliquez ici : Abonnement Premium (magazines papier + les hors-séries 2017 + outils web premium).
Si vous êtes déjà client Premium, veuillez vous identifier : Je m'identifie.

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER