Croissance démographique en Savoie Mont Blanc : l’envolée.

Les deux départements continuent de gagner des habitants, mais la Haute-Savoie caracole en tête des départements ayant le plus fort taux de croissance annuel de la métropole. Analyse et perspectives.


Note : cet article Premium, issu de notre Guide en chiffres 2017, est mis gracieusement à votre disposition. C’est l’occasion de vous montrer la qualité de nos articles Premium inclus dans notre abonnement du même nom.


66,9 millions de Français et 7,7 millions d’Auvergnats Rhônalpins. Mais aussi 426 924 Savoyards et 783 127 Haut-Savoyards : croissance régulière, raisonnablement dynamique d’un côté ; exponentielle, et ultradynamique de l’autre. La Savoie gagne depuis 1999 en moyenne 3 000 habitants par an. «Cela représente une hausse de 0,7 %. C’est un peu plus que la progression de 0,5 % par an en France métropolitaine», note Loïc Mollet, chargé de mission à l’Insee Auvergne-Rhône-Alpes. Avec des différences sensibles selon les territoires. Forte dynamique autour de la couronne périurbaine de Chambéry, du pourtour du lac du Bourget, des communes du “Coeur de Savoie” et de l’Avant-Pays savoyard, avec une densité de 164 habitants par kilomètre carré. Au nord-est, Arlysère est dans une situation intermédiaire avec une densité de 77 habitants par kilomètre carré.

Définition de population :

  • Population municipale (ou sans double compte) : personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune.
  • Population comptée à part : personnes dont la résidence habituelle se trouve dans une autre commune mais gardant un lien de résidence avec la commune d’origine (par exemple les étudiants).
  • Population totale (ou légale) : somme de la population municipale et de la population comptée à part.

La fracture plaine-montagne

Territoire peu habité, la Tarentaise gagne des habitants mais dans une faible proportion, le tissu industriel restant peu porteur. Tandis que la Maurienne, elle aussi peu habitée, voit même sa population décroître légèrement. Loïc Mollet précise : «Plus des deux tiers et plus de la moitié des logements de Tarentaise et de Maurienne sont des résidences secondaires.» Un état de fait qui a des conséquences tangibles sur la démographie. D’ici 2040, la Savoie devrait avoir dépassé les 500 000 habitants…

Elle gagnerait dans le même temps 63 000 ménages, mais les trois quarts d’entre eux seraient composés de personnes seules, en raison du vieillissement de la population. «On est sur un accroissement démographique sain, mais pas soutenu, explique Loïc Mollet, principalement porté par la dynamique de l’aire urbaine de Chambéry. Mais il faudra évidemment que les nouveaux arrivants arrivent à se loger sur ces zones déjà très urbanisées.»

En montagne, la Maurienne devrait quant à elle gagner 0,6 % d’habitants par an, un taux positif influencé par la cluse de Chambéry en entrée de vallée. En revanche, un ralentissement démographique est attendu en Tarentaise, puisque la moitié des 5 000 ménages supplémentaires devrait résulter du vieillissement de la population.

Selon les chiffres publiés en début d’année, la Haute-Savoie était le deuxième département de la région à attirer de nouveaux habitants – 58 842 habitants en 5 ans – après le Rhône – 94 503 au cours de la même période. Toutefois, proportionnellement, la Haute-Savoie est le département le plus dynamique… de France (+ 7,25 %) !

Une «population en explosion», selon Loïc Mollet, qui se masse notamment dans l’agglomération annécienne, même si Annecy, plutôt âgée, enregistre une légère érosion de sa population en raison du coût élevé de ses logements. Mais, c’est également la zone frontalière qui “déborde” : l’agglomération d’Annemasse, les villes de Vétraz- Montoux, La Roche-sur-Foron, Thonon-les-Bains sont parmi celles qui gagnent actuellement le plus d’habitants.

Cliquez pour agrandir :

Territoire sous influence frontalière

Si cette augmentation massive de la population est certes influencée par le fort dynamisme économique du département, elle reste très liée au phénomène des travailleurs frontaliers qui arrivent de toute la France pour travailler en Suisse. Loïc Mollet ajoute : «La donne pourrait changer rapidement, en fonction de la situation économique en Suisse, mais aussi de la législation du travail frontalier qui peut évoluer.»

En attendant, le phénomène d’urbanisation intensive bien connu autour de la frontière s’étend désormais jusqu’à des zones plus éloignées, comme l’Albanais, en pleine mutation : «Les villages ruraux deviennent périurbains», souligne Loïc Mollet. En parallèle, un autre épiphénomène typiquement local sévit : la diminution du nombre d’habitants des stations de montagne, du fait du coût très élevé des logements, Megève étant celle où la tendance est le plus marquée (- 15 % d’habitants entre 2009 et 2014).

Si le rythme de croissance démographique actuel se maintient, d’ici 2040, la population de Haute- Savoie devrait dépasser le million d’habitants. Loïc Mollet prévient : «Attention, on ne pourra pas continuer à construire indéfiniment ! Quelle va être la réponse des élus locaux en matière d’urbanisme ?»… Densifier les villes ? Continuer le mitage des zones vertes ? Les arbitrages risquent d’être de plus en plus difficiles à gérer.

Nombre d’habitants par communes en Savoie (73)

Cliquez pour agrandir :

Nombre d’habitants par communes en Haute-Savoie (74)

Cliquez pour agrandir :


Par Fabienne Bachelard


Note : cet article Premium, issu de notre Guide en chiffres 2017, est mis gracieusement à votre disposition. C’est l’occasion de vous montrer la qualité de nos articles Premium inclus dans notre abonnement du même nom.

PUBLICITÉ

INSCRIPTION NEWSLETTER

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*